Flashback!

Coucou les filles 🙂

J’aime beaucoup les années 50/60, la période des robes et jupes taille haute, des pantalons tailles haute, des jeans flare

Ce look leur rend un peu hommage.

Aujourd’hui, j’avais envie de papoter un peu avec vous. Et si on parlait un peu de la vie « étudiante » ?

Mame-0130

Pour vous parler de mon expérience ! Ma « vie étudiante » a commencé en 2011, tout droit débarquée de Dakar avec l’illusion de devenir un grand pédiatre (lol): le début des emmerdes.

Vous avez compris, j’ai tenté la PACES après une année ratée, j’ai décidé de retenter ma chance, mais la motivation s’était dissipée en quelques mois, j’ai alors commencé à me rendre compte que ce n’était pas forcément une orientation pour moi.

Je me suis donc redirigée vers la biologie, encore une grossière erreur, car à ce moment là, j’avais encore la pensée « africaine » : les meilleurs métier sont ceux avec de grandes et longues études (Médecin, Ingénieur, Avocat…) .

J’ai donc atterri en bio, tout en sachant pertinemment que cette voie-là n’était pas non plus pour moi. Au bout de 2 ans, après une grosse remise en question et un gros pétage de plomb, il faut le dire, j’ai décidé d’arrêter les frais et de commencer à chercher une voie qui me correspond et que je pourrais suivre pour le reste de ma vie d’adulte.

Mame-9994

Je pense que le plus dur pour nous, enfants immigrés, est le regard et le jugement de notre famille, on arrive de loin, cette expression prend tous son sens quand on regarde toute la misère de nos pays et les moyens que nos familles mettent en oeuvre pour que nous puissions avoir un mode de vie assez confortable loin de nos racines. Ce jugement, a je pense, été la chose la plus dure à gérer, je me disais souvent : « si je fais autre chose, comment ils vont le prendre », « trop de temps perdu, trop de chose à prouver », « est-ce que j’arriverais enfin à les rendre fiers »…

Plusieurs sentiments qui se bousculent, la gène, la honte, la déception et le manque de confiance en soi qui, au fur et à mesure des années s’agrandissent.

Après donc 4 ans de « rien », j’ai arrêté mes préjugés et me suis faite à l’idée que de grandes études n’étaient pas faites pour moi. Je me suis donc inscrite en BTS Management (formation la plus courte que j’ai trouvé lol) avec énormément de projet en tête et plus épanouie que jamais.

Dans la vie, quel que soit le chemin que l’on prend en ligne droite ou en zigzag à un moment ou à un autre un virage s’impose à nous et, il faut savoir prendre le risque de chambouler notre vie présente pour qu’elle ait un sens dans le futur. Les regrets sont, je pense le pire des sentiments pour un être humain. Il faut donc  faire face, à l’environnement, la culture, la famille et surtout, nous-mêmes, nous concentrer sur ceux qui nous rend heureux dans la vie et s’y accrocher (pour ma part ça a été le mannequinat 🙂 ).

Nous devons nous concentrer sur notre propre personne et surtout ne pas se comparer aux autres, car chacun a son destin.

Ces périodes de nos vies définissent qui nous sommes, comme dirait l’autre, des « diambar*« . Cela prend du temps certe, le combat de tout une vie pour certains mais les plus grandes batailles ne sont-elles pas les plus belles ?

Mame-0054

Mame-0108

Mame-9955

Mame-0048

Mame-0086-Modifier

Top : Missguided

Pantalon : Tobi

Pochette : Articles de Paris

Chaussures : New Look

Photos : Ludovic Suire 

*personnes courageuses

N’hésitez pas à me dire si ce type d’article vous plait et si vous en voudriez d’autres 🙂

Bisous, Bisous

Mame.

9 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s